Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



L’âme Russe de Dominique Fernandez – Photos Olivier Martel – Editions Philippe Rey

Lame russe - Editions Philippe REY
Album : L'ame russe - Editions Philippe REY

1 image
Voir l'album
L’âme russe 

« Ce que l’on éprouve en Russie au milieu des interminables forêts, steppes, tourbières, champs de neige, étendues d’eaux glacées, incite à se demander quel mystère se cache des espaces démesurés.

Cette âme russe, Olivier Martel en a saisi, dans ses belles photographies, les manifestations visibles. Certaines nous la montrent à l’oeuvre à l’intérieur des églises, dans la splendeur des costumes et la somptuosité de la liturgie. Mais elle se manifeste aussi chez les paysans qui causent au dessus d’une palissade, les enfants qui pêchent au bout d’une jetée de planches, le balayeurs qui jour avec son chein, et même chez le cheval attelé au traîneau, le tramway brinqueballant dans la brume, le tracteur au travail dans la neige …

C’est bien par son âme que la Russie continue à se distinguer de toutes les autres nations et à séduire, à intriguer, à fasciner ».

Dominique Fernandez

 A acheter vite!

.
 

Russie, Moscou, le patrimoine et l’urbanisme

Russie, Moscou, le patrimoine et lurbanisme
Album : Russie, Moscou, le patrimoine et l'urbanisme
Le patrimoine architectural russe est d’une grande richesse qu’il faut se dépêcher de découvrir avant que les appétits féroces des promoteurs immobiliers ne le dégradent définitivement.
54 images
Voir l'album
Russie, Moscou, le patrimoine et l’urbanisme

Une Russie, deux capitales

Depuis le XVIII° siècle, les Romanov ont vécu et se sont presque tous fait enterrer à Saint-Pétersbourg, cette capitale bien isolée du reste de leur Empire. Installés dans le vaste palais d’Hiver, ils sont cependant toujours venus chercher leur légitimité à Moscou, la capitale historique, en se faisant couronner selon un rite immuable dans la cathédrale de l’Assomption, à l’abri des murs de briques rouges crénelés du Kremlin.

A Moscou, devant la Basilique Basile le Bienheureux sur la Place Rouge, trônent le citoyen Minime et le Prince Pojarski, les deux héros qui en 1612 ont pris la tête d’une armée populaire afin de libérer Moscou de l’envahisseur polonais.

Gigantisme urbain

Les espaces urbains sont à l’image des espaces ruraux : immenses. Au reste, les villes russes fatiguent le corps tant elles s’étalent dans toutes les directions. L’amateur de balades en sera pour ses frais et devra utiliser un véhicule. Avec le développement récent et la spéculation immobilière, ce mouvement centrifuge s’accélère par accumulation de nouveaux quartiers résidentiels ou d’activités économiques, sans réel plan d’urbanisme préconçu. A Moscou, un bar perché au sommet d’une tour moderne offre une vue plongeante sur une portion de la ville bordée par la Moskova. Au premier plan, on distingue un mélange de bâtiments anciens et modernes. Au-delà, les routes sont des tentacules sinueuses au milieu de barres, de tours et d’usines. Moscou s’étend désormais à perte de vue.

Villes modernes

 La modernité s’est emparée des nouveaux espaces urbains, autant dire la banalité des architectures faites de béton à prise rapide. Pris au hasard, un bout de quartier résidentiel moscovite trouve facilement son équivalent dans les banlieues de Paris, Londres ou Rome. Il n’y a guère que l’hiver pour faire la différence.  

 

Texte Vincent GUILLUY et Bernard DUPONT. Photos Vincent GUILLUY, août 2009.

.
 

Russie, Moscou, la consommation

Russie, la consommation
Album : Russie, la consommation
La consommation est omniprésente à Moscou dont le mode de vie sert de référence au reste de la Russie. La capitale concentre les richesses et l’activité économique. Elle est devenue un nouveau marché pour les produits importés du monde entier.
32 images
Voir l'album
Russie, Moscou, la consommation

Monnaie

Quel que soit le régime politique, l’unité de compte est le rouble. L’utilisation des espèces reste le principal moyen de transaction. Les russes peuvent gagner beaucoup d’argent très rapidement, mais la vie à Moscou demeure très chère, la troisième ville la plus chère au monde et la plus chère d’Europe. La capitale russe attire comme un aimant. Elle fascine, suscite et capte des espoirs : tout semble y être possible. Beaucoup de choses sont plus faciles qu’ailleurs en Russie. Beaucoup y sont aussi plus difficiles aussi. Trouver un travail : facile. Se loger : difficile. Autant le marché de l’emploi est souple, autant celui du logement est figé. Un paradis pour les marchands de sommeil. Un euro égale 43 roubles environ. La crise récente a fortement dévalorisé la monnaie russe sur les marchés des changes.

Publicité

Alors que toute publicité commerciale était interdite dans l’ex URSS, elle est aujourd’hui placardée dans toutes les villes, traduisant évidemment un engouement certain pour la consommation mais aussi une certaine conception slave de la vie sans lendemain. Son but est primaire : par tous les moyens, faire consommer des ménages longtemps privés des biens occidentaux. Patricia Kaas, qui a le statut d’une « icône » russe, donne son image de femme française à une chaîne de magasins de cosmétiques. Le luxe et l’ostentation sont deux caractéristiques de la consommation russe. Il faut montrer sa réussite, et les russes n’hésitent à en abuser, créant aussi une dichotomie entre les riches, voire très riches, et les autres. La classe moyenne existe en Russie mais ses habitus ont encore du mal à être définis. Elle commence cependant à être une cible pour les producteurs de biens en série.

Capitalisme

Moscow City est un centre d’affaires flambant neuf. La crise de 2008 a stoppé net une partie des constructions en attendant des jours meilleurs. Ce site contraste avec les quartiers environnants aux immeubles caractéristiques de l’époque soviétique. Un projet de développement du quartier amène les autorités municipales à devoir reloger les habitants, dans de meilleures conditions certes mais loin, très loin du centre-ville. La construction de ce pôle économique et financier, assez ressemblant à des quartiers d’affaires comme ceux de La Défense à Paris ou de la City à Londres, fait que Moscou commence à prendre des airs de ville occidentale et souligne l’ouverture au capitalisme. Beaucoup de chemin parcouru en peu de temps finalement.  Se paraphrasant lui-même, « là où il y a une volonté, il y a chemin » semble dire Lénine face aux développements des entreprises internationales environnantes.

Omniprésence de la consommation

Le GOUM, ancien magasin d’Etat distribuant des produits de consommation courante russes, est devenu aujourd’hui une immense galerie marchande aux marques les plus prestigieuses. La consommation est omniprésente à Moscou dont le mode de vie sert de référence au reste de la Russie. La capitale concentre les pouvoirs, mais aussi les richesses et l’activité économique. Elle est donc devenue un nouveau marché pour les produits importés du monde entier. Parmi d’autres Mac Do a conquis cette partie de la planète et non des moindres.

Omnipotence de la consommation ? 

A Saint-Pétersbourg, une « nouvelle russe » se déplace d’un pas léger sur la neige de la place Dvortsovaïa, point de départ historique de la révolution de 1905. Entre modernité et tradition, le quotidien des citoyens ordinaires est très éloigné de leurs compatriotes qu’on appelle « les nouveaux russes », ces citoyens fortunés qui ne semblent pas vivre sur la même planète. Entre l’ancien et le nouveau, comment le premier résistera-t-il au second ? Entre rêve et réalité, où se situe la Russie aujourd’hui ? Face à la ribambelle de publicités qui lui font maintenant face, Pouchkine statufié pourrait bien s’exclamer encore « à une vérité ténue et plate, je préfère un mensonge exaltant ».

Texte Vincent GUILLUY et Bernard DUPONT. Photos Vincent GUILLUY, août 2009.

.
 

Russie, Moscou, l’armée, le pouvoir, l’histoire

Russie, larmée, le pouvoir, lhistoire
Album : Russie, l'armée, le pouvoir, l'histoire
De Saint-Pétersbourg, berceau du pouvoir des Tsars de la Russie, point de départ de la révolution d’octobre, à Moscou, les deux capitales ont toujours manifesté symboliquement leur conception du pouvoir et de la société.
22 images
Voir l'album
Russie, Moscou, l’armée, le pouvoir, l’histoire

 Monuments aux morts 

Toutes les forces de la nation ont été mobilisées pendant la deuxième guerre mondiale. Les russes ont largement contribué aux pertes. Au moins 20 millions de morts, plus de 1.700 villes et 70.000 villages anéantis. Stalingrad reste le symbole de la résistance russe contre l’envahisseur allemand. Cette ville martyre rappelle qu’aucune grande armée n’est invincible, ainsi que l’a proclamé Staline à la fin de la bataille. S’il avait su que ce postulat pouvait être repris plus de 40 ans plus tard au sujet de l’Afghanistan!

Présence de l’armée 

La grande armée soviétique n’est plus. Au cours des quinze dernières années, les forces armées russes ont opéré un repli territorial d’envergure accompagné d’une réduction d’effectif et d’équipement. Malgré une forte diminution, la force nucléaire stratégique a été un peu moins affectée de sorte que la Russie reste, et de loin, la deuxième puissance nucléaire mondiale. Le format de ses forces terrestres, aériennes et navales ne lui permet en revanche plus de soutenir la comparaison avec les forces américaines. En conséquence, la capacité de la Russie à peser dans les crises internationales a fortement baissé. Conscient de cette faiblesse, Vladimir Poutine déclarait le 10 novembre 2006 : « Nous devons être prêts à contrer toute tentative de pression sur la Russie quand des positions sont renforcées à notre dépens … Plus notre armée sera forte, moins les tentations d’exercer des pressions sur nous seront grandes. »

Au quotidien, l’armée rouge tient encore une place très importante en Russie. Les cadets, soldats et officiers en uniforme se mêlent naturellement aux civils.

Grande guerre 

L’union soviétique est sortie de la seconde guerre mondiale en vainqueur. Sa puissance militaire lui a permis d’être le leader du monde communiste durant plusieurs décennies, de Yalta jusqu’à à la chute des démocraties populaires. En réalité, c’est la mobilisation et les sacrifices de tout un peuple qui ont autorisé cette ascension. De grands chefs militaires, tels le Maréchal Joukov, ont su gagner les grandes batailles soviétiques, mais aussi beaucoup d’anonymes ont tout donné pour la victoire de la Russie. Certains peuvent encore en témoigner, tels les « marins de la Volga » chargés d’amener les renforts de troupes lors de la bataille de Stalingrad.

Lieux de pouvoir

De Saint-Pétersbourg, berceau du pouvoir des Tsars de la Russie, point de départ de la révolution d’octobre, à Moscou et le siège du KGB qui abrite toujours les services secrets russes, les deux capitales ont toujours manifesté symboliquement leur conception du pouvoir et de la société. Ouverte sur l’Europe occidentale pour la première, symbole de la révolution ayant fait trembler le monde durant des décennies pour la seconde. Les capitales de la Russie ont toujours été les lieux d’influence politique, culturel et économique de la Russie. Aujourd’hui encore le renouveau du pouvoir russe passe par une large concentration des pouvoirs politique, économique, financier et culturel dans les mains de la capitale.

Héros soviétiques

Marx, Lénine et Staline forment la troïka des pères fondateurs de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Le premier est souvent évoqué mais on ne le voit pas beaucoup. Le dernier s’est progressivement effacé du paysage à partir de la fin des années cinquante quand le régime a reconnu ses crimes. Seul Lénine demeure une grande figure. Même s’il a cessé de vivre depuis plus de 80 ans, il est toujours présent dans les esprits et les lieux. La révolution a gardé un visage, celui de son père, Lénine. Son mausolée se visite toujours et rencontre toujours le même succès.

Texte Vincent GUILLUY et Bernard DUPONT. Photos Vincent GUILLUY, août 2009.

.
 

Russie, Moscou, la religion

Russie, la religion
Album : Russie, la religion
Le pouvoir spirituel et temporel de l’orthodoxie revient en force aujourd’hui dans une Russie en quête d’identité nationale. Aussi éloignés soient-ils des grandes concentrations humaines, les monastères traditionnels attirent beaucoup de croyants.
28 images
Voir l'album
Russie, Moscou, la religion

 Bulbes 

Les coupoles à bulbes ou à chatior participent d’un monde de symboles qui se lit dans le ciel des villes et villages de la Russie. Une seule coupole se réfère à Dieu, trois coupoles expriment le dogme trinitaire, cinq figurent le Christ et les quatre évangélistes, sept les sept sacrements de l’Eglise, treize le Christ et les apôtres. Les couleurs ont aussi une valeur : l’or, symbole de la gloire de Dieu, est réservé aux édifices dédiés au Christ et aux douze grandes fêtes ; le bleu étoilé à ceux de la Vierge ; le vert, au Saint Esprit.

Lieux de culte 

Dans son ouvrage La Russie à cheval, Thomas Stevens rappelle que chez les paysans russes, les icônes et les samovars se transmettent par héritage. Ce sont les biens les plus précieux de la maisonnée. Un de leurs proverbes dit : « si ta maison brûle, emporte d’abord l’icône et le samovar, et les enfants après. » Selon eux, d’autres enfants viendront mais si l’icône est perdue, les saints seront fâchés et un samovar coûte très cher. La religion tant combattue par le pouvoir soviétique s’est indéniablement perpétuée à travers les pratiques rituelles auxquelles beaucoup de russes, en particulier ceux originaires de la campagne, continuent à être plus ou moins fidèles par tradition familiale.

Le pouvoir spirituel et temporel de l’orthodoxie revient en force aujourd’hui dans une Russie en quête d’identité nationale. Aussi éloignés soient-ils des grandes concentrations humaines, les monastères traditionnels, restaurés avec beaucoup de soin, attirent de nombreux croyants.

Texte Vincent GUILLUY et Bernard DUPONT. Photos Vincent GUILLUY, août 2009.

.
 

Russie, terre de contrastes

Russie, terre de contrastes
Album : Russie, terre de contrastes
Ces photos ont été exposées à l'occasion de l'année de la Russie en France. Une première exposition a été organisée à Lille en janvier 2010. Une seconde exposition a lieu en Novembre 2010 dans le cadre du 6ème salon des photographes à Hesdin.
57 images
Voir l'album
 Russie, terre de contrastes

Après avoir connu des guerres, révolutions et bouleversements sociaux, la Russie est un pays où la fusion du passé et du présent séduit le visiteur. Des dômes polychromes des églises aux tombeaux et statues des héros du soviet, les souvenirs y sont omniprésents. Depuis 1989, la Russie connaît de multiples mutations : politiques, économiques, militaires, démographiques, sociales, et comme tout pays en pleine changement, elle cherche encore sa véritable identité, sa place aussi parmi les grands de ce monde. Entre souvenirs et mutations, la Russie est une terre de contrastes. 

A travers son patrimoine et son histoire, les vestiges de la Russie tsariste côtoient ceux de la Russie révolutionnaire. Les traces des héros de l’histoire russe demeurent dans les capitales russes de St Petersbourg et Moscou par l’architecture, les sites historiques … Manifestement, la chute de régime socialiste n’a pas totalement réduit à néant les marques du géant politique d’autrefois qui contraste avec les changements que la Russie souhaite impulser pour occuper les devants de la scène mondiale. A en croire certains, ces vestiges entretiennent quelques nostalgies dans une Russie qui laisse amère une grande partie de la population en difficulté face aux mutations économiques et sociales du pays.

  Les contrastes apparaissent aussi dans une armée omniprésente en Russie, armée qui a encore du mal à s’imposer sur la scène internationale même si elle demeure la deuxième puissance stratégique nucléaire dans le monde. La Russie regorge de mémoriaux rappelant la combativité des russes face à l’ennemi lors des grandes batailles (Stalingrad), mais aussi d’autres aux retombées moins glorieuses (Afghanistan). Contraste étonnant par la religion, pourtant combattue durant de longues années par le pouvoir soviétique et qui demeure très présente en Russie surtout en milieu rural où la population a pu sauvegarder des pratiques et des coutumes orthodoxes. Une résurgence de la religion pas si surprenante que cela dans une Russie qui cherche à renforcer son identité nationale et où pouvoir et religion semblent parfois mêlés. 

Contrastes toutefois normaux dans une Russie certes bouleversée,mais où la vie continue pour les autochtones, le commerce, les loisirs, bref la vie tout simplement, mêlant les habitudes russes et l’influence de la vie à l’occidentale. Contrastes dans les espaces, urbains et ruraux ; une ruralité qui maintient une architecture classique, simple, parfois d’un autre temps, encore que le temps semble être la seule chose qui ne soit pas bouleversée par les mutations actuelles, et une urbanisation galopante qui, comme à Moscou, mélange l’architecture de l’ère soviétique, ses grandes avenues, ses immeubles staliniens et celle d’un monde moderne et capitaliste avec sa City en plein essor. 

Contrastes dans les transports à resituer dans des espaces, en ville ou à la campagne, gigantesques. A Moscou, les vieilles Lada circulent aux côtés des voitures européennes ou japonaises, certaines très luxueuses. Mais contrastes surtout dans les habitudes de consommation où la publicité omniprésente amène les russes, privés depuis des années de ces produits enviés au monde occidental, à consommer sans se soucier du lendemain. 

Le parcours photographique présenté est avant tout un regard occidental sur la Russie d’aujourd’hui, il n’a pas la prétention de raconter toute la Russie mais d’en extraire quelques éléments qui aideront peut être à se faire une image un peu différente de ce pays qui connaît beaucoup de stéréotypes d’un autre temps. « Russie, terre de contrastes », une terre qui finalement commence à ressembler beaucoup à la notre. Texte et photos Bernard DUPONT et Vincent GUILLUY. Exposition photo organisée dans le cadre de l’année de la Russie en France à Lille et à Auchy-les-Hesdin dans le Pas de Calais (Festival de la photographie-6ème salon du photographe, 2010). 

.
 
    • Album : Le Pingouin, Andreï Kourkov
      <b>lepingouin.jpg</b> <br />
  • août 2016
    L Ma Me J V S D
    « nov    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Montebourg en Normandie |
PASSION VOYAGES et IMAGES |
hotelsworldroom |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Découverte du Cameroun
| collias30
| 2 Pedales sur 1 Velo